L'Avenir en Rose

 

Natacha Nikouline

Après de brillantes études de photographie à l’école des Gobelins, elle se décide à travailler au plus près des Natures Mortes et ouvre un studio de photographie culinaire en 2005. Depuis elle a illustré plus de 40 livres de cuisine pour diverses maisons d’édition (Hachette, Flammarion, etc.) ; en parallèle à ces occupations alimentaires, elle poursuit son exploration du Nu, un sujet qui ne la quitte jamais.

 

Tout a commencé pendant ses études artistiques, avant la photographie : après avoir suivi de nombreux cours de modèle vivant, elle devint elle-même modèle. Sa fascination pour les corps, la chair, leur pouvoir évocateur l'a amenée à se mettre en scène pour vivre ces instants que figent ses images.

 

     « Rien ici ne concède ni à un air du temps, ni à une mode, ni à une tendance photographique (les « mentors » de Natacha Nikouline ne sont d'ailleurs pas photographes, mais des écrivains, des poètes et des peintres : Claude Louis-Combet, Stanislas Przybyszewski ou Jean Rustin). Rien ne répond, chez elle, à ces choses à faire pour se faire bien voir. Une vie et une humanité qui seraient les accidents de ces corps lourds, de ces chairs malmenées, de ces bouquets flamboyant une dernière fois avant de se ternir pour toujours. Une représentation de souffrance, dit-elle, pour mettre le modèle en condition. Une souffrance ? Non, au mieux une mélancolie, une latence propre aux vanités de ces autres peintres, plus anciens, que Natacha Nikouline chérit aussi, le sous-entendu religieux en moins. »

Peggy Sastre, in le blog du Nouvel Observateur